Inde : La vie de pacha à Goa

29 décembre 2011

C’est un petit état qui fut le paradis des hippies dans les années 70, où l’Inde prend des airs d’Amérique latine : Goa fut colonisée par les Portugais bien avant l’occupation britannique… et les couleurs qui éclatent dans les ruelles, leurs alignements de perrons coloniaux, de balustrades en bois peints, les églises d’un blanc immaculé, les niches enguirlandées où le Christ et la Vierge veillent, vêtus d’habits aux tons éclatants, mettent des accents colombiens sur le sanscrit indien.

A Panaji, capitale de l’état de Goa, vous pourriez presque vous croire à Carthagène, d’autant que l’air chaud et lourd vous enveloppe de la même moiteur tropicale. Sur le fleuve qui longe la ville, estuaire dans la mer d’Oman, des bateaux vapeur évoquent plutôt la Louisiane. Ils emmènent les touristes et les Indiens se rafraîchir aux brises marines, admirer le coucher du soleil.  La nuit tombe, des chanteurs invitent sur scène les passagers, qui dansent, boivent, chantent, et grignotent de délicieux samosas…

A l’écart des rumeurs de la fête, à l’embouchure de l’estuaire, cette immense villa de style colonial, noyée dans l’ombre bienfaisante et luxuriante des palmes et des cocotiers, fait face à la baie. Elle accueille jusqu’à quatorze personnes, dans un confort parfait. On peut y vivre dans l’indolence, le luxe et la tranquillité des anciens pachas de la ville.

Une grande piscine procure la fraîcheur nécessaire aux heures écrasantes. Sous le superbe banyan, arbre parasol qui surplombe la terrasse, on goûtera le plaisir du farniente, entre une balade dans les ruelles si typiques, bruyantes et colorées de Panaji, et une journée sur les immenses plages de sable fin qui s’étendent tout le long de la côte.

Voir cette villa à Panaji, en Inde (Ref. 860390a sur Abritel)